Hôtel de Rouvière à Marvejols

Il existe au cœur de Marvejols, une des plus jolies villes de Lozère, un hôtel du XVIIe siècle qui cache derrière sa façade austère un véritable trésor. Pierre Rouvière, Consul de Marvejols et Juge Royal l’a fait édifier de 1657 à 1659 sous forme d’une belle maison de ville. Mais cette dernière a toutes les caractéristiques d’un véritable hôtel particulier.

La disposition intérieure comme le décor peint témoignent du soucis de son propriétaire d’accéder aux références de la noblesse. Mais l’ascension sociale de Pierre Rouvière démontre aussi la stratégie ambitieuse dont ont su faire preuve nombre de magistrats durant la minorité de Louis XIV.

En effet la région est au cœur de la reconquête catholique dans un territoire profondément acquis à la Réforme.

Pierre Rouvière est issu d’une famille d’origine provençale et l’étymologie de son nom se rapporte au chêne rouvre au feuillage caduque. Ceci explique le blason que l’on trouve au dernier palier de l’escalier de son hôtel. En effet, on y découvre un lion tenant un écusson orné d’un chêne rouvre (Rovere-Rouvière) orné de plusieurs glands d’or..

Pierre Rouvière porte le même nom que son père, qui était écuyer du roi. Cette charge est d’autant remarquable que Rouvière est aussi commensaux du roi, à savoir qu’il a sa place à sa table. Ainsi, tels les chevaliers de la Table Ronde, Pierre Rouvière-père est donc admis à la table du roi. Cela lui permet de se rapprocher de lui. Mais il peut aussi faire valoir certains droits. En contrepartie, le roi apprécie en ces moments précaires, la fidélité de ses sujets.

Pierre Rouvière-fils, celui-là même qui nous intéresse, est né le 14 juillet 1630. On lui connaît une sœur, Jeanne, qui habitera aussi un très bel hôtel particulier à Marvejols, rue Droite (actuelle rue de la République.

Pierre Rouvière fait des études de droit et à l’âge de 27 ans, il est mentionné comme greffier criminel de la Ville de Marvejols. Cela veut dire qu’il annote toutes les décisions juridiques concernant la Ville et qu’il se rétribue par les Actes.

On ne connaît pas très bien les revenus qu’il touche à cette époque mais on voit bien qu’ils ne lui suffisent pas. Pour autant, il acquiert en 1657 un terrain rue Jules Daudé (ancienne rue Daurade), sur deux anciens hôtels en ruine. Là il a des projets architecturaux.

C’est ainsi qu’il demande à un maçon nommé Jean Baldet d’élever un hôtel sur ces parcelles en ruine. Mais pour financer ce dernier projet, il achète en 1658 une charge de greffier à la Cour Royale.

En 1661, l’année de l’accession au trône de Louis XIV, il épouse Marguerite Michel de Lescure. Cette jeune fille de 18 ans habitant saint-Chély, est la fille de feu Jacques de Michel, docteur en Droit et de Demoiselle Catherine de Lescure. Pierre de Rouvière fait peut-être un mariage d’amour en tout cas une alliance de raison.

En effet les grandes familles de la magistrature bâtissent un empire sur leur territoire. C’est ainsi qu’ils structurent la société provinciale de la France de Louis XIV. Pierre Rouvière se fera ainsi, à la faveur du nouveau gouvernement installé, le chantre de la reconquête catholique en Gévaudan.

De son union avec Marguerite de Lescure naîtront trois filles, Jeanne, Marie-Anne et Suzanne. Pierre aura soin de marier les deux survivantes, Jeanne et Suzanne à des administrateurs de l’État qu’il aura formés. Ainsi, à défaut d’avoir un fils à qui transmettre un héritage de fortune, il aura soin de placer ses gendres aux bons endroits pour perdurer son action.

Hôtel de Rouvière à Marvejols

Véronique Proust